Bouquet de chrysanthèmes

La nouvelle saison venait de commencer : Qui t’avait cueilli? Tu aurais pu rester couché sur la terre nouvellement fraîche ou toucher la froideur d’une ancienne plaque en pierre. Mais tu es arrivé dans mes mains et je t’ai posé sur le rebord de ma fenêtre.

Maintenant je te regarde dans cet univers plat dont tu te hisses, cet univers hanté par les pentes escarpées, et je me demande inutilement si à force d’observer comment tes pétales de satin résistent à ces brises changeantes je réussirai à découvrir où tu es né. Tout ce que je vois ce sont trois tiges qui obstinément restent dressées, comme si elles cherchaient à prendre d’assaut le ciel, à le transformer.

Je vais pour l’instant refermer cette fenêtre qui a malgré tout réchauffé mon visage et plonger mes yeux dans la lueurs d’autres pupilles.

Advertisements

3 commentaires pour Bouquet de chrysanthèmes

  1. Bismark dit :

    Me gusta mucho leerte

    Un abrazo

  2. Ybris dit :

    Una alegría volver a leerte tras tanto tiempo.
    Qué belleza tu escrito. Quizás haya que mirar así a un ramo de crisantemos adornando el otoño:
    « Tu aurais pu rester couché … Mais tu es arrivé dans mes mains et je t’ai posé sur le rebord de ma fenêtre… »
    Seguro que a fuerza de mirar aciertas a saber dónde nació.

    Besos.

  3. albalpha dit :

    Me uno a los que disfrutamos leerte, yo con todo lo que me falta pero aún así capto el aire, quizás es lo que importa, quizás.

    Besos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :