Étant

 
une pierre aux braises
un étang

qui s’éclaircit en couleur fontaine

la vie est en moi une sanction de fleur
mes abîmes sont un fruit ouvert où jaillit la lumière

et mes pupilles se mettent debout dans un ciel resplendissant :

le soleil
– limpide sur la surface de la fontaine –
coule vers le point de jonction boréale
 

Publicités

7 Responses to Étant

  1. Daud dit :

    Être comme un source

  2. Una canción del sol,
    una sensación de la tierra;
    un sol resplandeciente
    y un cielo iluminado
    por tu poesía…

    Gracias por este poema celeste.

  3. Tajalápiz dit :

    Il y a une idée qui me plaît beaucoup dans ce poème (et qui montre encore une fois ton sens de l’observation poétique) qui est celle du soleil qui coule. Magnifique.

  4. Z. dit :

    Parmi la poussière de la ville
    Un filet d’eau pure
    Coule dans nos yeux et désaltère notre pensée.

    Très belle prose; merci!

  5. dr.floyd dit :

    Veo que volviste a las pistas! que bien.
    Si te das una vuelta por Caen, el 4 de marzo, a las 19:30 en el scriptorium de l’hotel de ville, hay la inauguracion de la exposicion con algunas fotos mias.
    Saludos.

  6. Robin dit :

    « mes abîmes sont un fruit ouvert où jaillit la lumière »

    j’aime ce vers 🙂

  7. Excelentes imagenes…

    Que chido texto.

    Saludos.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :