Athènes, décembre 2008 – Atenas, diciembre de 2008

Athènes, décembre 2008
 

les murs
immenses
n’iront jamais
vers les nuages

ces autres nuages
pourront descendre

ils ne seront
que du brouillard
gris
des voracités
jaillissant
d’une ville
policée

la perche
se tiendra prête
la perche à soleil

et notre vue
de mollusque
vers les étoiles

transparente
et solide
encore une
fois
 
 
———————————
 
 
Atenas, diciembre de 2008
 

los muros
inmensos
no irán nunca
hacia las nubes

esas nubes
otras
podrán bajar

serán sólo
neblina
gris
voracidades
de una ciudad
pulimentada

la garrocha
estará lista
la garrocha de sol

y nuestra vista
de molusco
a las estrellas

transparente
y sólida
nuevamente

Publicités

8 Responses to Athènes, décembre 2008 – Atenas, diciembre de 2008

  1. Daud dit :

    Bonjour Versions Célestes

    « des voracités jaillissant d’une ville policée » : tout est dit avec la force de vos mots ; la violence de l’Etat bourgeois, les germes intrinsèques de sa destruction comme son apparence lisse mais au fond brutal et destructeur.

    Je vous propose la visite du site suivant : Emeutes et Amour… Journal des insurgés en Grèce.

    Fraternellement

  2. dr.floyd dit :

    vue de mollusque?! WOW!!!
    la fin est magnifique.

  3. Mixha dit :

    Me gustó el poema, me recuerda el inicio y el final de una ciudad y la itaca de Kavafis de algún modo, un beso grande

  4. alba dit :

    Me recordó al DF precisamente en diciembre. Cuando lo contemplas desde cierta altura una espesa capa gris café lo envuelve y por encima se encuentran esas nubes. las voracidades de la ciudad no logran alcanzarlas. Se marca tajantemente las dos capas. Desde abajo o dentro de esa masa pensarías que está todo mezclado pero no. Me ha encantado la metáfora aunque comenté lo literal.

    nuestra vista
    de molusco

    Besos

  5. versionscelestes dit :

    Bonjour Daud,

    Merci pour le lien. Je l’avais déjà trouvé sur le site d’Anne Archet.

    Salutations fraternelles.

    Versions célestes

  6. Ybris dit :

    Por eso los muros son muros y las nubes,nubes.
    Cada uno tiene su lugar y su movimiento.
    Besos.

  7. Leonardo dit :

    Sans doute la imagen de los moluscos es lo mejor, car nous aspirons toujours au ciel. J’aime aussi « la garrocha de sol ». Pour la lecture « politique » du poème faite par Daud, elle m’échappe.
    Un saludo

  8. Bismark dit :

    Vaya vision la que me ofreces, nubes, muros…

    Excelentes imagenes…

    Con un final estupendo…

    Muy buen poema

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :