Quand la nuit

Ceux qui se réveillent dans la nuit découvrent tous les paysages de mots enfoncés au fond des yeux : le rideau blanc se meut comme l’aurore boréal, sans pouvoir montrer toutes ces images qui cherchent à ce qu’on se mette debout et qu’on avance, tout doucement. Sur le rebord de la fenêtre on n’entendra qu’un petit craquement, et alors une brise s’enfoncera dans un océan de feuilles qui ignorent les désirs, les souvenirs et la douleur.
 

Publicités

One Response to Quand la nuit

  1. Miki dit :

    Je ne sais pas qui tu es, d;ou t viens, ou tu vas, je ne sais pas si tu es humain, et des fois j’en doute même, car tes mots et la façon dont tu les combines ont une beauté que je n’ai jamais rencontrée auparavant… ils m’émeuvent au plus profond de mon âme, et même encore plus loin, ils percent mon âme et jaillissent au centre d;un monde qui n;est pas le notre, mais que tu rends si réel… tout simplement c’est merveilleux!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :