Ybris: poema

 

Ceguera

Es difícil saber
la esencia de lo negro o su apariencia.
Ausencia, acaso, de la luz
o un vacío de cosas que se han ido.
Otras veces se embota la mirada
de los ojos, la piel o los sentidos
y no puedes saber
si el mundo te ha fallado o si eres tú
quien ha perdido el rumbo entre las sombras.
Inútil tantear, oír el viento
o andar el círculo fatal de las tinieblas.
Tú sigues, sin embargo, abandonando
migajas de palabras
como un intento mudo
de afirmar la mirada en la ceguera.
 

——————————————
 

Cécité

Il est difficile de connaître
l’essence du noir ou son apparence.
Absence de lumière, peut-être,
ou défaut de choses qui sont parties.
D’autres fois le regard stagne
par tant d’yeux, de peau, de sens,
et vous ne pouvez plus savoir
si le monde se dérègle autour de vous ou si c’est vous
qui vous êtes égaré parmi les ombres.
Il est vain d’agir à tâtons, d’entendre le vent,
de parcourir le sinistre cercle de ténèbres.
Pourtant, vous continuez d’abandonner
des brins de paroles
dans une sourde tentative
d’affirmer le regard en cécité.
 
 
(Traduction par Versions célestes)
 
 

Ybris (Madrid,1943). Poète et professeur. Après quarante trois ans dans l’enseignement primaire et secondaire, il est sur le point de prendre sa retraite. Voir son blog : Vacío

Publicités

9 Responses to Ybris: poema

  1. Ybris dit :

    Tu traducción es espléndida.
    Tu interés, impagable.
    Decir gracias es poco pero es lo más exacto.
    Te citaré en mi blog hoy.

    Besos.

  2. mía dit :

    quand la beauté s’appelle Ybris……

    tendrement…mía

  3. Soboro dit :

    Qué bien suena en francés el poema de Ybris.

  4. pues es siniestro saber o pensar que dentro de lonegro haya otra oscuridad pero de lo que estoy seguro es que no es ausencia a la ausencia me la imagino de otro color, en todo caso esa es mi opinion y mi forma de posible abordaje en un proximo poema de la luz o de la oscuridad que por cierto tambien me inquieta; me gusta el poema porque está trabajado desde una percepción que es la misma en todos pero que la traduces de un modo un poco diferente.

  5. jin dit :

    c’est magnifique de pouvoir te lire aussi en français, Ybris! et je suis d’accord avec toi, la traduction est franchement réussie: bravo « versions élestes »!

  6. alba dit :

    Afirmar para no evaporarnos.

    Estupendo poema de Ybris que has escogido para traducir y según entiendo el resultado es brillante, seguramente así es. Mis felicitaciones para los dos.

    Besos

  7. Daud dit :

    « loué soit l’infini – labyrinthe des effets et des causes, – qui, avant de me présenter le miroir – dans lequel je ne verrai personne ou je verrai un autre, – m’accorde la pure contemplation – d’un langage de l’aube.  »

    Jorge Luis Borges – L’auteur et autres textes

  8. arha dit :

    palpando la noche con los ojos vendados para explotar vacío

  9. Tajalápiz dit :

    Bello texto. « si el mundo te ha fallado / o si eres tú… »
    gracias por divulgarlo.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :